Il ne faut pas attendre les grandes vacances d’été pour rêver au voyage ! Entre le 25 et 29 avril à Perpignan, nos animateurs et animatrices ont amené les enfants du parc de la Pépinière du quartier Gare jusqu’au Japon ! C’est une cinquantaine d’enfants âgés de 4 à 13 ans qui ont profité des animations, aux côtés de la vingtaine de parents toujours prêts à accompagner.

Toujours après une entrée culturelle (estampes, scènes d’animés, particularités de personnages, …), chaque expérience scientifique et artistique apportait une plus-value sur les œuvres déjà tant appréciées du public.

Revivons ensemble ces 5 jours de cités débrouillardes nippones !

Mise en place des yukatas.

C’est parti !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 1 : Avant le manga, la calligraphie !

A vos pinceaux ! Encre de chine et kakemono sont les outils de nos apprentis calligraphes. Certains feront aussi un écusson, comme Goku (Dragon Ball Z). Et parce que les kanjis ne leurs font pas peur, nous les avons mis au défi de réaliser le plus gros kanji (format A3) et le plus petit kanji, comme Hokusai l’eut fait, sur un grain de riz.

 

Écrire son prénom à l’encre de chine.

Quel beau kakemono !

Défi : tracer le kanji le plus grand possible.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 2 : Le japon dans tous ses états

Yuka wa yugandesu ! [Le sol est de la lave !] Saviez-vous que le Mont Fuji est un volcan? Ce jour-là, les enfants ont fait leur propre Mont Fuji : une lampe à lave, mais sans lampe ! Et ce n’est pas tout : après les volcans, ce sont les séismes qui font l’objet de nos défis ! Nos petit.e.s architectes en herbe se sont lancé.e.s dans la construction d’une tour la plus solide possible.

 

La tour arrivera-t-elle jusqu’au quartier orange de notre échelle de Richter ?

Memory du Mont Fuji : découvrir les estampes autrement.

Montage des tours.

Voyez-vous les petites bulles de “magma” ?

 

 

 

 

Yuka wa yugandesu ! [le sol est de la lave!]

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 3 : Faire des sciences avec Ghibli

En ce troisième jour de cité débrouillarde, les films d’animation des studios Ghibli sont à l’honneur. Fabrication des éponges tawashi comme il en existe chez Chihiro, réussir à gonfler un ballon sans souffler dedans comme dans Pompoko et réussir à faire boire la princesse Kaguya cachée en haut de son bambou. Plein de casse-tête scientifiques qui n’ont rien eu à envier à la course à la baguette : transporter des objets d’un point A à un point B avec deux baguettes chinoises sans les faire tomber.

 

C’est plus compliqué que ça en a l’air.

L’eau montera-t-elle jusqu’en haut des bambous ?

Un espace dédié à la lecture de manga.

 

 

 

 

 

 

 

 

ça gonfle !

 

 

Jour 4 : Comprendre la biodiversité avec Pokémon

En se glissant dans la peau de dresseurs et dresseuses pokémons, les enfants ont capturé les 140 pokémons cachés dans tout le parc puis les ont observés, questionnés, pour mieux comprendre leurs ressemblances et leurs différences. Il ne reste plus qu’à faire de même avec les pokémons de la vraie vie!

La chasse aux pokémon est ouverte !

Comment trier tous ces pokémons ?

Mais au fait : de quels animaux sont-ils inspirés ?

Le jeu du pokédexe.

Même les parents se sont mis au défi : faire flotter le trombone comme Arakdo flotte sur l’eau !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 5 : Les vrais pouvoirs de nos héro.ïne.s de manga

Comme Naruto : faisons passer la faiblesse d’une feuille en une force capable de soulever un verre rempli d’eau ! Ou bien, comme Tsunade, soulevons notre animateur à la force d’une seule main !

Un corps à la fois solide et liquide comme Katakori (One Piece).

“Donnez-moi un appui : je soulèverai le Monde” Archimède

Quand une faible feuille devient forte grâce à la science !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une semaine chargée en énergie et en partage. Les enfants ainsi que leurs parents étaient ravis du voyage. Des demandes du public nous redonnent déjà des ailes. Prochaine destination : pourquoi pas la Corée ?

Un grand merci à tous les enfants présents, à leur parents et à nos financeurs pour avoir permis de faire vivre cette cité débrouillarde !